Sermons

Summary: Si nous nous souvenons à qui l’épître est écrite, nous pouvons comprendre que tout un chapitre doive être consacré à insister sur la foi, comme étant le grand principe par lequel le croyant vit. Ces croyants hébreux pouvaient avoir des difficultés parti

Le Chapitre 11 de l’Epitre aux Hébreux (2ème Partie)

Lecture : Verset 1-22

Si nous nous souvenons à qui l’épître est écrite, nous pouvons comprendre que tout un chapitre doive être consacré à insister sur la foi, comme étant le grand principe par lequel le croyant vit.

Ces croyants hébreux pouvaient avoir des difficultés particulières à accepter le sentier de la foi, car ils avaient été élevés dans un système religieux qui faisait très expressément appel à la vue.

I LA FOI S’EMPARANT DU MONDE A VENIR (11:8-22)

Avec le verset 8, nous abordons une autre division du chapitre ; elle présente la foi qui embrasse le MOT de Dieu pour le monde à venir, rendant le croyant capable de marcher comme étranger et nomade dans ce monde. Dans cette division, qui va jusqu’au verset 22, cinq croyants de l’Ancien Testament sont mentionnés par leur nom : Abraham, Sara, Isaac, Jacob et Joseph, chacun présentant un caractère particulier de la foi, mais attendant tous le monde glorieux à venir.

Il voit Abraham comme excellent exemple de ce qu’il a à l’esprit, parce que l’auteur ne voit pas la foi en tant que fabrication d’une bonne supposition basée sur la meilleure évaluation humaine des possibilités. La foi d’Abraham a accepté les promesses de Dieu et a agi sur elles quoiqu’il n’y ait eu rien à indiquer qu’elles seraient accomplies.

V.8 "il a obéi l’appel tandis qu’il retentissait toujours dans ses oreilles" (Westcott).

La foi d’Abraham était la foi qui était prête pour l’aventure. Le commandement de Dieu a signifié qu’il a dû partir de la maison et de la famille et de ses affaires ; malgré cela il est allé. Il a dû sortir dans l’inconnu ; malgré cela il est allé. Dans le meilleur de nous il y a un certain côté timoré. Nous nous demandons au juste ce qui nous arrivera si nous prenons Dieu au mot et agissons sur ses commandements et sur ses promesses.

Remarquons que la foi produit toujours l’obéissance, une obéissance implicite, sans raisonnement. Arrivé dans le pays qu’il devait recevoir en héritage, Dieu lui déclare qu’il le donnera à sa postérité (Gen. 12:7) ; lui-même n’y a pas même où poser son pied (Actes 7:5), tellement qu’il doit y acheter un terrain pour y enterrer Sara (Gen. 23). Le pays devient ainsi «la terre de la promesse», et Abraham, saisissant cette promesse, demeure là comme sur une terre étrangère, habitant sous des tentes, étranger et voyageur, ainsi qu’Isaac et Jacob, cohéritiers de la même promesse que Dieu leur renouvelle (Gen. 26:3, 4 ; 28:13, 14).

La force d’Abraham fut de regarder Dieu, comme le constructeur, et architecte de sa vie, et de la suite, de tout ce qu’il fait.

La plupart d’entre nous avons une vie prudente selon le principe de la sûreté en premier ; mais vivre la vie chrétienne, là est nécessaire une certaine bonne volonté insouciante pour risquer. Si la foi peut voir chaque étape du chemin, ce n’est pas vraiment la foi. Le chrétien prend le chemin à laquelle la voix de Dieu l’appelle sans savoir ce que seront les conséquences. Comme Abraham il doit sortir ne sachant pas où il va.

La foi d’Abraham était la foi qui a eu la patience. Quand il a atteint la terre promise, on ne lui a jamais permis de la posséder. Il a dû errer en elle, un étranger et un habitant sous une tente -, car le peuple était un certain jour à errer dans le désert. Pour Abraham la promesse de Dieu n’est jamais venue entièrement vrai ; mais il n’a jamais abandonné sa foi.

La caractéristique du meilleur d’entre nous c’est que nous sommes pressés. Attendre est encore plus dure que de risquer. De tout moment le plus difficile est le temps dans l’intervalle. À l’heure actuelle de la décision il y a l’excitation et le tressaillement ; à l’heure actuelle de l’accomplissement il y a la lueur et la gloire de la satisfaction ; mais dans le temps intervenant il y a la nécessaire la capacité d’attendre et de travailler et d’observer quand rien ne semble se produire. C’est alors que nous sommes si exposés à renoncer à nos espoirs et nos idéaux et de dévier dans une paralysie où les rêves sont morts. L’homme de foi est l’homme dont l’espoir est lumineux flamboyant et dont l’effort est intensément travailleur même dans les jours gris où il n’y a rien à faire que seulement attendre.

v. 11-12. L’exemple de Sara est bien frappant, car nous savons, par Gen. 18:10-15, que d’abord elle montra de l’incrédulité à l’égard de la promesse. En entendant parler d’abord des promesses de Dieu, la réaction humaine est souvent que c’est trop bon, trop loin pour être vrai. Mais ensuite la foi triompha de ses doutes, elle reconnut que la promesse venait réellement de Dieu, et cette foi fut en elle, stérile et hors d’âge d’enfanter, la source de la puissance pour fonder une postérité : «Elle estima fidèle celui qui avait promis». Littéralement le passage se lit : "par la foi lui, ainsi que Sarah elle-même, a reçu la puissance...."

Copy Sermon to Clipboard with PRO Download Sermon with PRO
Browse All Media

Related Media


Mustard Seed Faith
SermonCentral
PowerPoint Template
After Easter
SermonCentral
PowerPoint Template
Talk about it...

Nobody has commented yet. Be the first!

Join the discussion