Sermons

Summary: D’abord, regardons la scène de cette histoire. La route de Jérusalem vers Jéricho était une route notoirement dangereuse. Jérusalem est de 2.300 pieds au-dessus de niveau de la mer ; la mer morte, dont près Jéricho tenu, est de 1.300 pieds au-dessous de n

  Study Tools

D’abord, regardons la scène de cette histoire. La route de Jérusalem vers Jéricho était une route notoirement dangereuse. Jérusalem est de 2.300 pieds au-dessus de niveau de la mer ; la mer morte, dont près Jéricho tenu, est de 1.300 pieds au-dessous de niveau de la mer. Tellement puis, en légèrement moins de 20 milles, cette route a laissé tomber 3.600 pieds. C’était une route d’étroit, rocheuse deifies, et des turnings soudains qui lui ont fait la chasse-terre heureuse des brigands. Au cinquième siècle Jerome dit nous que ce s’appelait toujours "le rouge, ou à manière sanglante." Au 19ème siècle il était encore nécessaire de verser l’argent de sûreté sur les cheiks locaux avant qu’on pourrait voyager là-dessus. Aussi tard que le début des années 30, H. V. Morton nous dit qu’il a été averti de devenir à la maison avant l’obscurité, s’il avait l’intention d’utiliser la route, parce qu’un certain Abu Jildah était un adepte à supporter des voitures et à voler des voyageurs et des touristes, et s’échapper aux collines devant la police pourrait arriver.

Quand Jésus a dit cette histoire, il disait au sujet du genre de chose qui arrivait constamment sur Jérusalem à la route de Jéricho.

En second lieu, regardons les caractères.

(a) Il y avait le voyageur. Il était évidemment un caractère insouciant et imprudent. Les gens ont rarement essayé Jérusalem seule à la route de Jéricho s’ils portaient des marchandises ou des objets de valeur. Sûreté cherchante dans les nombres, ils ont voyagé dans les convois ou des caravanes. Cet homme a eu unique mais lui-même pour blâmer de la situation difficile dans laquelle il s’est trouvé.

(b) Il y avait le prêtre. Il a accéléré au delà. Aucun doute il se rappelait qu’il qui a touché un homme mort était malpropre pendant sept jours (Num.19:11). Il ne pourrait pas être sûr mais il a craint que l’homme ait été mort ; le toucher signifierait perdre son tour du devoir dans le temple ; et il a refusé de risquer cela. Il a placé les réclamations du cérémonial au-dessus de ceux de la charité. Le temple et sa liturgie ont signifié plus à lui que la douleur de l’homme.

(c) Il y avait le Levite. Il semble être allé plus près à l’homme avant qu’il soit mort. Les bandits étaient dans l’habitude d’employer se délabre. Un de leur nombre agirait la partie d’un homme blessé ; et quand un certain voyageur unsuspecting arrêté au-dessus de lui, les autres se précipiterait sur lui et le maîtriserait. Le Levite était un homme dont la devise était, "sûreté d’abord." Il ne prendrait aucun risque à l’aide n’importe qui autrement.

(d) Il y avait le Samaritan. Les auditeurs compteraient évidemment qu’avec son arrivée le bandit était arrivé. Il a pu ne pas avoir été racial un Samaritan du tout.Les juifs n’ont eu aucune rapport d’affaires avec le Samaritans mais cet homme semble avoir été un genre de voyageur commercial qui était un visiteur régulier à l’auberge. Dans Jn.8:48 les juifs appellent Jésus un Samaritan. Le nom a été parfois employé pour décrire un homme qui était un hérétique et un briseur de la loi cérémonieuse. Peut-être cet homme était un Samaritan dans le sens d’être un qui toutes les bonnes gens orthodoxes ont dédaigné.


Browse All Media

Related Media


Talk about it...

Nobody has commented yet. Be the first!

Join the discussion