Sermons

Summary: Nous voyons aujourd’hui le moment du test de la vie le plus important qu’un homme puisse vivre, ici c’est Abraham, qui fait face à une demande de Dieu, donne moi ton fils ! Cette étude est tiré des études Zondervan software.

  Study Tools

GENESE 22.1-18

4.L’attache d’Isaac (22:1-14)

1-14 le premier verset de ce récit fournit une compréhension préliminaire nécessaire des événements du chapitre. Sans lui la demande de Dieu qui l’offre à Abraham d’abandonné Isaac car "a brûlé l’offre" serait inexplicable. En énonçant clairement au début que "Dieu a examiné Abraham" (v. 1), l’auteur apaise rapidement n’importe quel doute au sujet du vrai but de Dieu. Il n’y a, puis, aucune pensée d’un sacrifice réel d’Isaac dans le récit, cependant dans l’esprit d’Abraham dans le récit qui, naturellement, était la seule pensée qui a été amusé. La structure entière du récit se concentre tellement fortement sur la demande du Eternel que l’auteur a apparemment senti la nécessité de dissiper n’importe quel suspens ou soupçon au sujet de la vraie intention du Eternel.

Plusieurs dispositifs du service narratif pour garder l’attention du lecteur se sont concentrés directement sur la lutte centripète d’Abraham pendant qu’il effectuait la demande du Eternel -- tous, nous pourrions ajouter, sans n’importe quelle mention des pensées réelles de l’esprit d’Abraham.

D’abord, il y a la soudaineté de la demande du Eternel dans le récit. Indépendamment de la remarque dans v.1 que le récit a représenté un test d’Abraham, le lecteur n’est donné aucun avertissement avancé de la nature de la demande ni de sa sévérité. Rien dans les récits précédents n’aurait laissé entendre cette sorte de demande. Le lecteur, en d’autres termes, est comme étonnant et choqué par la demande du Eternel car Abraham lui-même aurait été.

En second lieu, le lecteur n’est donné aucune explication supplémentaire de la demande. La totalité de la demande se compose de trois impératifs simples (v. 2) :"prendre" (qah-Na ’), "vont" (welek), et "le sacrifier" (lehu de weha`a). En outre, le lecteur n’est donné aucune raison de croire qu’Abraham lui-même a eu toute autre explication.

Comme beaucoup de récits bibliques, le lecteur sait souvent l’information que les caractères dans le récit ne connaissent pas. Dans ce cas-ci le lecteur sait que c’était un test. Mais indépendamment de ceci, nous ne savons pas plus au sujet des plans et des manières de Dieu que les caractères dans le récit lui-même. Nous sommes autant dans l’obscurité au sujet de l’intention de manières de Dieu comme Abraham. Ainsi nous, les lecteurs, sommes forcés de compter sur l’évaluation d’Abraham lui-même, dans le récit, et de regarder les événements du récit par ses yeux et au moyen de sa réponse. En même temps, en l’absence d’explication du narrateur, nous sommes forcés de lire nos propres pensées et sentiments dans ceux d’Abraham. Dans le cas de ce récit, le lecteur est donné l’occasion suffisante de faire que comme événements suivants sont relatés. Ce qui est particulièrement apparent est comment l’auteur de cette histoire prolonge le récit avec les détails excessifs et délibérés de la préparation d’Abraham pour le voyage et le voyage lui-même. En permettant ou, en effet, en forçant au lecteur de suivre un acte fortuit et superficiel après l’autre (par exemple, "[ il ] a sellé son âne" [ v. á ], "il a pris avec lui deux de ses domestiques" [ v. 3b ], "il avait coupé assez de bois" [ v. 3c ] -- aucun de ces actes ne prouve approprié au récit à la fin), l’auteur force le lecteur à regarder au delà de ces événements externes narrativement sans signification pour considérer les pensées d’Abraham lui-même car il ainsi matière--factly de porté leur dehors.


Browse All Media

Related Media


Just Go
Journey Box Media
Video Illustration
True And Better
Dan Stevers
Video Illustration
Talk about it...

Nobody has commented yet. Be the first!

Join the discussion