Sermons

Summary: The Church is not a Concert Hall !

  Study Tools
  Study Tools

III. LA DIFFERENCE ENTRE LA MUSIQUE DE CONCERT ET LA MUSIQUE POUR LE CULTE

A. L'Eglise et la salle de concert

Bien que je comprenne la nécessité d'établir des valeurs esthétiques dans l'église, je suis en désaccord avec certains appliquent les normes de la salle de concert à la musique d'église. Il y a au moins quatre différences principales entre ce qui se produit dans l'église et à un concert.

1. Pour un segment important et considérable de notre répertoire, c.-à-d., hymnes, psaumes, et toute autre musique liturgique, le rassemblement assume le rôle de l'orchestre.

2. La musique exécutée dans l'église fait partie d'une liturgie, pas un régime de concert, et la liturgie est déjà une forme d'art très complexe, dans laquelle la musique suit souvent un texte parlé plutôt que toute autre musique.

3. Le but primaire de la musique liturgique est d'être un véhicule par lequel les gens Louent Dieu. En tant qu'élément du culte, la musique est doxologique.

B. Le rassemblement comme orchestre

Dans son livre Le Culte, Evelyn Underhill définit le culte comme « réaction de la créature à l'Eternel » (Evelyn Underhill, Worship, réimpriment [Westport, conn. : Presse de Hyperion, 1979]). Ainsi il est de la responsabilité du musicien d'église de former le rassemblement pour exprimer son louange en chanson.

Les musiciens d'église sont des éducateurs de musique. Dans quelques grandes églises urbaines, le vocabulaire musical peut être celui de la salle de concert, mais tel n'est pas le cas dans la plupart des églises locales. Un musicien d'église ne peut doit supposer que la musique de la grande église urbaine est un modèle pour les musiques de toutes les églises.

Si une assistance est produite en séparant les interprètes des non-interpretes, le culte n'a pas lieu. Le culte n'existe pas indépendamment de la nécessité de la communauté de s'engager dans la Louange. Si les gens détectent que le chantre et les musiciens éxécutent une série de concert le dimanche matins, ils se mettront en arrière et deviendront des assistances. Quand ils abandonnent la responsabilité d'élever leurs voix dans le chant à Dieu et de remettre cette tâche aux plus professionnels ils cessent d'être des adorateurs.

C. Le contexte de la musique liturgique

C'est une caractéristique de notre culture musicale que le dernier est la norme pour établir la valeur musicale de la Parole. Les musiciens d'église travaillent dans le contexte liturgique, pourtant pour leur jugement musical ils retournent souvent inconsciemment à l'expérience du concert.

Travailler avec la musique dans la liturgie nécessite de fonctionner avec une forme musicale réglée par une forme d'art verbal de grande complexité. Dans le contexte de cette forme d'art la musique prend le pouvoir et la signification de ses environnements.

Dans un contexte liturgique, d'une part, la valeur de la musique juste avant le sermon dérive de la congruence avec ses environnements, de la clarté du texte, et de l'expression. Dans la salle de concert, la technique et la nouveauté sont souvent les valeurs musicales prédominantes ; au milieu de l'eucharistie elles peuvent être concidérée comme secondaire.

La remarque est que les musiciens d'église travaillent dans certaines limitations qui ne contraignent pas d'autres musiciens. Le drame de la liturgie fournit également de seules opportunités de développer la musique qui met en valeur son pouvoir théologique et esthétique. En approchant le travail de l'église par la lentille de la salle de concert, les musiciens d'église gênent la nature de leur tâche.

D. La Louange du Peuple

Dans son livre, ministère et musique, Robert Mitchell parle de la variation dans les valeurs qui a lieu quand on fonctionne avec un organisme musical dans l'église. Il se reporte particulièrement au choeur d'église, mais ses mots concernent beaucoup de situations.

« Vu, cependant, d'une autre perspective, de la nature du procédé qui continue pendant que le choeur travaille à sa tâche, il y a beaucoup d'enseignement de l’Ecriture qui est approprié. La qualité intrinsèque à ce procédé sont des questions du relations… et des questions d'attitudes. » (Robert Mitchell, ministère et musique [Philadelphie : Presse de Westminster, 1978], 55)

Mitchell continue pour décrire à quel point le travail devient différent quand la préoccupation pour les gens est la valeur la plus élevée.

D'ailleurs, ce qui constitue la bonne musique change selon les normes esthétiques des répertoires variables : un bon motet et un bon air d'hymne sont semblables dans certaines qualités, différentes dans d'autres.

E. Accepter le Pluralisme Culturel

Déguisé dans les diverses batailles au sujet de la musique dans les chants de l’Eglise-vieux chants contre les nouveaux, , Bach contre le Rock, l'Orgue contre la guitare, les Chants d'Evangélisation contre les Hymne- se découvre un conflit entre la culture de la « haute » et les cultures du reste de la population.

Une ignorance profonde des buts et des valeurs de la culture musicale autre que la culture que l’on a reçue infiltre les institutions éducatives qui forment les musiciens professionnels d'église. Cette ignorance supporte la vue que la musique d'autres cultures manque de la valeur esthétique.

Download Sermon With PRO View On One Page With PRO
Browse All Media

Related Media


Why Do We Worship
SermonCentral
PowerPoint Template
Art
SermonCentral
PowerPoint Template
Talk about it...

Nobody has commented yet. Be the first!

Join the discussion